Livres

Les livres du mois

Découvrez notre sélection de e-book Quartier livre - Youboox du mois de février

Dictionnaire de la Bande dessinée

Encyclopaedia Universalis

260 pages.La bande dessinée, à l'image de la société, est divisée en courants multiples et contradictoires. Le genre est aussi diversifié que peut l'être la littérature ou le cinéma. Le Dictionnaire de la bande dessinée d’Encyclopædia Universalis reflète ce foisonnement de talents : en une centaine d’articles empruntés à la célèbre encyclopédie, il retrace la naissance et l’évolution de cet art des temps modernes et situe l’œuvre et la carrière de ceux qui s’y sont consacrés avec le plus d’éclat. D’Andriola (Alfred), auteur des aventures de Charlie Chan, à Wolinski (Georges), au parcours aussi éclectique qu’imprévisible, ce Dictionnaire de la bande dessinée dépeint avec autorité mais sans lourdeur un domaine clé de la création de notre temps. Un guide indispensable pour tous ceux qui prennent au sérieux le plaisir que leur donne la bande dessinée.

Le droit d'asile - « Que sais-je ? » n° 3733

Anicet Le Pors

107 pages.L’actualité pose régulièrement, et souvent de façon dramatique, la question du droit d’asile, question permanente dans l’histoire des civilisations qui ont dû, au fil du temps, conjuguer droit d’asile et droit de cité.Cet ouvrage présente l’histoire et les conceptions qui se sont exprimées sur le droit d’asile, débouchant aujourd’hui sur une réglementation internationale substantielle prolongée par des dispositifs nationaux qui tendent à s’harmoniser, notamment dans le cadre européen. L’état du droit, qui a fait l’objet récemment d’importantes réformes législatives et réglementaires, y est ensuite analysé avec précision.Au-delà, la réalité de l’asile s’exprime dans des procédures et des données chiffrées qui permettent de rendre compte de l’ampleur et de l’acuité du problème.

Chine Afrique, le grand pillage

Julien Wagner

128 pages. Depuis 20 ans, la Chine prend pied en Afrique, exploitant ses ressources tout en vendant ses marchandises à bas coût. Sa méthode ? Des prêts tous azimuts soutenus par de gigantesques entreprises d'État chinoises. Néocolonialisme ? Impérialisme ? Mue par un appétit insatiable, Pékin semble ne reculer devant rien pour atteindre ses objectifs. Pillage des richesses, nouveaux liens de dépendance, entretien de la corruption, catastrophes écologiques, prises de contrôle dans les médias... Multipliant les exemples, Julien Wagner dévoile l'ampleur et les dérives d'une implantation protéiforme sur un continent au formidable potentiel de croissance. En filigrane, se dessinent les ressorts de la stratégie chinoise et de son ambition géopolitique. Le "rêve chinois", proclamé en 2012 par le secrétaire général du Parti communiste Xi Jinping, annonçait son ambition de devenir la première puissance mondiale... L'Afrique est le moyen pour y parvenir.

Conversations avec Keith Richards

François Bon

106 pages.Quatorze conversations, le lieu, la date. Et c’est de ça qu’on parle : d’être artiste, de la vie et du destin, de l’excès et des limites. De la folie et du vertige. Probablement qu’on a tous des réponses. Mais forcément que les réponses de Keith Richards sont ailleurs, plus loin. Il connaît mieux que nous les abîmes, de la scène et du monde. Dans notre adolescence, lui et ses Rolling Stones ils étaient les grands frères en avant de nous. Dans ce qu'ils disent de leur art, du risque, de la nuit, de la folie, ou tout simplement de la vie, il s’invente une leçon qui nous concerne. Et s’il ne nous la dit pas en face, à nous d'aller la chercher. J’ai juste dix ans de moins que lui, peut-être que maintenant ça compte moins qu’autrefois, mais c’est bien avec moi aussi, devant le mur presque terminé de à quoi on a oeuvré, que j’avais rendez-vous. Quatorze dialogues, un seul chemin – il fallait que mon interlocuteur soit récompensé à mesure de ce que mes questions l'amenaient à formuler. Folie, destin, solitude, musique, obscur, espoir : l'importance d'entendre ces hauts témoins de la friction avec le monde. FB François Bon, né en 1953, est l'auteur de "Rolling Stones, une biographie", 2002.

Les éditions Paul & Mike

Faire découvrir de jeunes auteurs débutants ou inconnus comme Jean-Fabien, Philippe Nonie, Albert Estrade …, proposer des ouvrages de réflexion sur l'actualité ou encore promouvoir de jeunes auteures jeunesse comme Aliénor Gauthier… c’est le pari de la petite maison d’édition Paul & Mike.

Terminus Las Vegas

Pierre Mikaïloff

144 pages. Las Vegas n’existe pas. À moins de considérer comme réel un Éden de néon que les cartes situent au milieu du désert de Mojave. L es rêves qu’inspire la ville sont à l’aune du stuc de ses palaces. Les épaves attirées par ses enseignes clignotantes (escroc à bout de souffle, call girl en fin de course, rocker en bad trip et autres figures de l’évangile des losers) perpétuent une tragi-comédie remontant à la nuit des temps. Avant même que les rouleaux du bandit-manchot ne se soient immobilisés, que la bille de la roulette ne se soit arrêtée sur un numéro perdant ou que les dés ne soient retombés... la partie est déjà jouée.

Les petites filles rêvent de chevaux

Cécile-Marie Hadrien

144 pages. « Qui voudrait d’une fille perdue au milieu de ses cartons, un 45 tours ringard dans une main et dans l’autre, une bouteille de Chardonnay impossible à ouvrir ? Je suis seule dans mon nouveau studio, sans tourne-disque ni tire-bouchon. Sans même une connexion Internet. J’attends le retour de l’être aimé. J’ai toute la nuit devant moi pour rejouer en solo les grands hits de ma vie... » Chronique autobiographique en trompe-l’œil d’une rupture sentimentale, « Les petites filles rêvent de chevaux » dresse le portrait d’une femme moderne dans tous ses paradoxes et ses rêveries. Cécile-Marie Hadrien nous entraîne avec délicatesse et humour dans ce récit qui remonte le cours de l’existence, depuis l’adolescence et ses premiers émois amoureux jusqu’à l’âge adulte, à l’ombre de cette sœur adulée et encombrante.

Un piano à la Nouvelle-Orléans

Emmanuel Roche

104 pages.Ce n’est pas par un hasard géologique si en traversant la Nouvelle-Orleans le fleuve Mississippi décrit ses nombreux méandres. Tout l’incite à se tortiller de la sorte : le jazz, le blues, le multiculturalisme, le vaudou, l’Histoire, les histoires, les crises, tout impose le contrepied et le pas de danse. Emmanuel Roche n’en ignore rien et nous le rappelle à travers ce dernier siècle et demi qui a connu la guerre de Sécession, l’esclavage, les Blancs, les Nègres puis les Noirs, la Dépression, la Prohibition, le carnaval, le vaudou, les inondations. À travers ces huit nouvelles, l’auteur explore tous ces aspects de la ville où le noir et le blanc se mélangent tels l’ébène et l’ivoire d’un piano à la Nouvelle-Orleans, sans jamais produire de( gris.

Nocturne

Gauthier Alienor

80 pages. « Vous êtes une fan irrémédiable des classiques vampiriques tels que Dracula, Entretien avec un vampire ou que sais-je encore ? Vous désirez vous éloigner de tous les Edward, les Dimitri ou les Christian que nous pouvons rencontrer dans Twilight ou Vampire Academy ? Vous ne rêvez que d’une chose, vous réveiller au côté d’un vrai méchant vampire qui n’a qu’une envie, qu’un besoin, se nourrir ? Eh bien, ne cherchez plus. J’ai le livre parfait qui vous réconciliera avec les vampires pour jeune ! Nocturne est fait pour vous. (...) une histoire à découvrir pour le plaisir de changer d’air, une lecture très courte et par la même très rapide qui se laisse déguster avec un bon verre de vin... rouge.» Blog Bang Book 8/10

Les pierres de mémoires

Philippe Nonie

240 pages. Je ne suis pas né cagot, je le suis devenu. Cagot. Voici un mot que la mémoire a en partie oublié. Pendant des siècles, les cagots ont été ces hommes et ces femmes traités comme des dégénérés. Henri est un adolescent effacé et sensible que ses camarades surnomment Le cagot. Tout le prédestine à reprendre l’exploitation agricole familiale située dans les Hautes-Pyrénées. C’est sans compter sur son amour des livres. Un été, le hasard l’amène à croiser la route d’une peintre qui lui transmet un étrange virus... Après « Le murmure des attentes », publié chez Lucane éditions et couronné par le Prix Chronos 2015, Philippe Nonie livre une histoire intergénérationnelle évoquant une réalité historique méconnue : les cagots. Dans ce conte poétique, où les personnages livrent un combat contre le silence et l’oubli, l’auteur ressuscite bien des vies d’autrefois dont certaines ne figurent dans aucun état civil.

Comment je suis resté inconnu

Jean-Fabien

272 pages.« Cinq ans déjà ont disparu sans qu’aucun obstacle ne vienne perturber l’écoulement paisible de cette rivière de questions qui compose l’essentiel de ma vie insipide. Plusieurs années que j’ai renoncé. À chercher un but à tout cela. À devenir ce que je suis censé être, pour peu que cette réalité existe dans un univers parallèle quelconque. Pompier involontaire ? Informaticien sans boutons ? Écrivain à la dérive... Maintenant, je le sais pourtant. L’heure du réveil a sonné. » Jean-Fabien possède la panoplie complète pour être heureux : un boulot épanouissant avec une chaise à roulettes, une clef de douze, un pull en laine sans trou et un anonymat confortable. Il a même plusieurs femmes à ses pieds – ou pas loin – et un ami fidèle et proche (en tout cas plus proche du boulet que du canon, lui). Et pourtant, ça le démange, il faut que ça bouge. Ou alors, il est allergique à la laine. Mettre fin à son célibat serait une sorte de mouvement, se dit-il. Se faire publier aussi, s’ajoute-t-il (car il est fort en addition). C’est qu’il se pose beaucoup de questions mais obtient peu de réponse. Un héros moderne, en somme (même si là, il ne s’agit plus d’addition). L’amour et l’écriture sont les deux mamelles des nouvelles aventures de Jean-Fabien, loser sympathique en roue libre, qui revisite le thème du nègre littéraire à travers ce troisième ouvrage où l’on croisera des blondes, des rousses, pas beaucoup de lave-linges à hublot, mais quand même un détective privé et quelques vampires égarés.

Le catalogue Paul & Mike

Tiers Livre Editeur

Tiers Livre est une maison d’édition créé par l’écrivain François Bon. Rédacteur et programmeur du site du même nom, François Bon y développe un espace de réflexion et d'information sur littérature & Internet ainsi que son travail de création et d'édition numériques. Découvrez Le site

Dehors est la ville - essai sur Edward Hopper

François Bon

32 pages.Hopper est maintenant une icône de l'art contemporain. Il est l'emblème de la peinture de la ville, et on ne compte plus les films ou pièces de théâtre qui reproduisent à l'envi son "Nighthawks" dans leurs décors. Pourtant, ce peintre immense, de son vivant, a surtout gagné sa vie comme graphiste, pour des publicités ou des affiches. Si le Whitney Museum, à New York, a 400 toiles de Hopper, c'est parce qu'il n'arrivait pas à les vendre. La ville où elle se fait et se défait. Carrefours, station-service, tunnel de chemin de fer. Et c'est notre esthétique de la ville qui nous saute à la figure. Mais il a d'autres tours dans son sac : le cinéma fait partie de notre époque, il en constitue les mythes. Un peintre ne saurait pas représenter sur sa toile fixe ce qui s'anime sur l'écran ? Toute une série de toiles de Hopper concernent le cinéma. Pour aimer Hopper, l'aimer complètement, laissons ceux qui en font une psychologie de la désolation. Il est un peintre de la géométrie, des cinétiques, des séries. Il a inventé notre vocabulaire. FB Première parution éditions Flohic, "Le musée secret", 1998. Édition numérique révisée & augmentée.

Montagnes de la folie

Howard Phillips Lovecraft

180 pages.Et si la planète, dans les zones que personne n'a explorées encore, préservait intacts des secrets d'avant l'âge humain? Et si l'évolution, l'art, les guerres mais aussi la décadence de ces races pré-humaines nous parlaient de notre propre cvilisation, ses peurs, ses dangers? Les années 20 sont un point culminant de l'exploration antarctique. On explore le continent inconnu en avion, et les expéditions communiquent par radio avec les journaux du monde civilisé. La photographie, la radio, les transports aériens sont des révolutions techniques à égalité de ce qu'on apprend sur l'univers, la dérive des continents, ou tout simplement le corps, ou le cerveau. C'est dans cette cette Amérique-là qu'à Providence, dans sa chambre du 10 Barnes Street, Lovecraft le solitaire va écrire ses plus grandes oeuvres. «Montagnes de la folie»: une première rédaction manuscrite de 80 pages, biffurée, raturée, surchargée, écrite du 24 février au 22 mars 1931, et qui va devenir, les deux mois suivants, un dactylogramme de 115 pages. Ce texte exceptionnel, qu'on ne peut lire sans frissonner, un des plus grands classiques de la littérature fantastique de tous les temps, et un des plus longs de Lovecraft, sera pourtant refusé par tous ses éditeurs, dont le principal, le magazine «Weird Tales», et ne sera publié que 5 ans plus tard, quelques mois avant sa mort (en 1937, à 46 ans), dans une version tronquée et charcutée. C'est depuis quelques années seulement qu'existe un texte fiable et complet des «Montagnes de la folie», en voici la première traduction française. En route pour le grand Sud de tous les mystères, tous les mirages, sa cité morte et ses montagnes interdites. FB

Bartleby

Herman Melville

92 pages.Melville savait-il, écrivant Bartleby, l’immense destin de son copiste ? «Je préférerais ne pas.» Et voici qu'un monde s'écroule. Ou bien : n’est-ce pas notre propre histoire, mais notre histoire tout entière, celle des grandes villes dont Manhattan est l’emblème, celle de l’holocauste et ces silhouettes réduites à l’infini silence, et tous les fouilleurs de littérature qui, comme Franz Kafka, ont ajouté à Bartleby des frères puînés, qui ont donné après coup (pour reprendre le titre de Blanchot) sa vraie dimension à Bartleby ? Mais c'est peut-être juste l'affaire d'un sourire, aussi: ça nous ressemble tellement, tout ça, même à un siècle et demi de distance. Deleuze a commenté Bartleby, Agamben aussi, plein d'autres. C'est l'allégorie de notre condition dans la ville, c'est la question du travail et de la vie qui est posée, et c'est aussi l'annulation de toutes ces questions. Bartleby est sans fond. Non, ce n'est pas du travail ni de la vie qu'ici on parle, mais de Bartleby. Aimer Melville, aimer New York. Craindre Bartleby. FB Nouvelle traduction, avec introduction.

Pantagruel, Gargantua, Tiers Livre, Quart Livre, Prognostication - l'ensemble des 4 livres de Rabelais (plus la Prognostication) avec leurs introductions

François Rabelais

769 pages.Ici naît la langue française. Et quelle langue... Remplie de ce rire qui déborde les papes, les rois, ou le petit potentat qui est votre voisin. Remplie de musique, de merveilles, une langue qui s'écrit et se donne par la voix. Compliqué ? "L'ancien français est une langue étrangère qu'on sait d'avance", disait Valéry. C'est ici ce qu'on a voulu respecter, ce grand son, cette rythmique (ponctuation originale respectée). Et, avant chacun des quatre livres, une solide introduction qui aide à s'y lancer, redonne les repères, les enjeux. Parce que Rabelais ce n'est pas seulement la farce. C'est un monde en trouble, rempli de guerres. C'est un monde qui ne sait plus si le soleil tourne autour de la terre ou le contraire, qui ne sait plus si c'est l'Inde ou l'Amérique qu'il y a au bout de la route des navires, qui se doute que dans les mystères du corps, quand on approche la lentille optique, il y a bien d'autres énigmes. C'est pour cela que Rabelais à la fois nous enseigne et nous fascine. Avec cette première édition numérique globale, on peut se déplacer d'une occurrence à l'autre, on peut retrouver en un clic le fou du Petit Châtelet (celui qui mangeait son pain à la fumée du rôtisseur et prétendait ne pas la payer), ou la fabuleuse tempête, ou les mystérieuses "paroles gelées" ou tout simplement ces moutons qui n'ont jamais eu le temps d'être à Panurge. Un Rabelais cruel, un Rabelais voyageur, avec ce grand voyage vers le pôle qu'entreprennent les navigateurs du Quart Livre, un Rabelais satirique, qui dans le Tiers Livre se moque des philosophes autant que de la sorcière de village, du poète à l'agonie ou du médecin qui compte ses sous. On a toujours à relire Rabelais. Désormais, on peut l'emporter avec soi. Même le dictionnaire qu'il s'écrit à son propre usage, cette "Brève déclaration d'aulcunes dictions les plus obscures contenues on present livre", qui est un livre à elle seule. Par les temps qui courent, croyez-moi, ce n'est pas un luxe. FB

Le catalogue Tiers Livre